Avertir le modérateur

22/05/2013

Campagne sur la contraception : ce qu'il faut savoir

Non seulement la campagne sur la contraception permet de promouvoir la diversité de l'offre contraceptive mais elle a aussi comme objectif de rappeler l'importance d' un contraceptif adapté à son mode de vie.

La bonne contraception, pour la bonne personne, au bon moment

CONTRACEPTION3.jpg

Voilà en gros la méthode qu'a proposé la ministre de la santé, Marisol Touraine, ce mercredi 15 mai où une nouvelle campagne sur la contraception a été lancée. Celle-ci est notamment initiée par le ministère de la Santé et est spécialement dédiée au grand public, et notamment les professionnels de santé. "La contraception qui convient existe", tel sera le nom de cette campagne dont le but est, encore une fois, de promouvoir la diversité de l'offre contraceptive et de rappeler l'importance d'une contraception en adéquation avec son mode de vie, mais également sa situation affective et médicale.

Même si le taux de contraception est élevé en France, le nombre de grossesses non prévues reste important. Si un tiers de ces grossesses est dû à l'absence de contraception, les deux autres tiers surviennent sous contraception, tout simplement parce qu'il existe en France une "norme contraceptive". C'est notamment ce que Marisol Touraine a tenu souligner. Selon cette dernière, cette dernière se traduit par un recours au préservatif en début de vie sexuelle. L'utilisation de la pilule est ensuite courante dès que la vie sexuelle se régularise. Ensuite, à partir de 30 à 35 ans, quand elles ne souhaitent plus avoir d'enfants, les femmes sont nombreuses à recourir au dispositif intra-utérin (DIU) comme alternative à la pilule. Il existe pourtant d'autres possibilités de contraception, cependant, cette norme sociale guide souvent le choix des concernées, elles ont alors du mal à identifier la méthode la mieux adaptée à leurs besoins.

Le "tout-pilule"

Le "tout pilule" est par ailleurs la méthode la plus proposée par les médecins. D'après Marisol Touraine, il s'agit d'un problème culturel. "La pilule est une méthode de contraception ancienne, même si elle reste un bon moyen de contraception. Il faut que les femmes sachent qu'il existe d'autres modes de contraception pouvant être mieux adaptés à leur situation". Le recours quasi-exclusif à la pilule pourrait en effet être le problème, mais aussi à l'existence d'idées reçues. Beaucoup de femmes pensent par exemple que la pilule fait grossir, d'autres sont convaincues que le DIU rend stérile. D'après la Haute Autorité de Santé (HAS), les patients sont aussi encore très nombreux à aborder les questions relatives à la sexualité, sans parler du fait que plusieurs patients ne peuvent aujourd'hui accéder aux soins adéquats, faute de moyens. Sinon, chez les professionnels de santé, le manque d'actualisation des connaissances sur les méthodes de contraception reste également un problème. C'est notamment ce qu'a précisé Jean-Luc Harousseau, président de la Haute Autorité de Santé. D'après ce dernier, les médecins ne sont pas suffisamment formés sur les nouveaux dispositifs type implants, anneaux, ou patchs.

Quelles solutions ?

Mettre à la disposition des pouvoirs publics et des professionnels de santé des outils pour répondre aux besoins des femmes, c'est ce que la Haute Autorité Sanitaire a choisi de faire, pour remédier notamment au problème mentionné plus haut. Elle propose alors une synthèse des principales préconisations des institutions, notamment une meilleure information du grand public pour qu'il n'y ait plus d'idées reçues sur la contraception et la vie sexuelle. En outre, la HAS a également tenu à parler de son autre souhait, celui de mieux former les professionnels de santé quant à leur rôle de conseil et d'accompagnement en termes de contraception. Mais ce n'est pas tout, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé prévoit également une campagne. Du 18 mai au 9 juin, elle sera animée par des spots radios et des bannières web.

Vous avez trouvé la méthode de contraception idéale ? Afin que les frais inhérents soient mieux couverts, et pour bénéficier de meilleurs remboursements, il est conseillé de souscrire une bonne complémentaire santé. Les remboursements santé de la Sécurité sociale pourront ainsi être complétés, ce qui allègera considérablement votre budget. A noter que pour trouver la complémentaire santé idéale, le recours aux outils santé en ligne s'avère indispensable : demander des devis, ensuite comparer.

18/03/2013

La boulimie

La boulimie figure actuellement parmi les troubles du comportement alimentaire les plus courants. Elle affecte particulièrement les jeunes filles. Focus sur cette psychopathologie.

La boulimie se caractérise par l'ingestion de quantités importantes d'aliments dans un temps très court et notamment une perte de controle face à la nourriture, notamment au moment de la crise. Ce n'est pas tout, la personne boulimique fait ensuite tout son possible pour compenser cette ingestion frénétique de nourriture, en provoquant par exemple des vomissements ou en prenant des laxatifs ou des diurétiques. Par ailleurs, une obsession du contrôle pondéral peut être aussi observée, ainsi qu'une faible estime de soi.

La boulimie, si elle n'est pas traitée, peut conduire à des complications telles que les troubles menstruels, les troubles du sommeil, le diabète, la deshydratation, l'oesophagite et la dépression. Les personnes boulimiques peuvent également être suicidaires.

Traitements

La prise en charge d'une boulimie doit être effectuée par le biais de psychothérapies et thérapies coginitives et comportementales. Le médecin peut également prescrire des antidépresseurs séroninergiques pour traiter la dimension compulsive du trouble. Une régime adapté doit aussi être envisagé. A noter qu'une hospitalisation peut intervenir en cas d'état dépressif important, de récidives ou de désordres métaboliques importants.

21/10/2012

Objectif : un ventre plat en quelques semaines pour les hommes

Nombreux sont les hommes qui ne font pas trop attention à leur ligne. Trop occupés par leur travail, leus business et aussi leurs "femmes", ils n'ont plus le temps de prendre soin d'eux ou font tout simplement exprès d'ignorer leur apparence physique. Si votre ventre commence à prendre du volume, sachez que c'est très dangereux pour votre santé. Pensez alors à vous prendre en main !

Pourquoi est-ce que le gros ventre est dangereux ?

Le "gros ventre" chez les hommes est très fréquent lorsqu'il atteint la trentaine. Un peu négligé et parfois même ignoré, ce phénomène est pourtant synonyme de nombreuses maladies cardiovasculaires comme l'hypertension, les troubles cardiaques, les risques d'AVC ou aussi d'infarctus de Myocarde, etc. Des médicaments existent pour traiter le gros ventre mais si vous n'avez pas encore eu de symptômes graves, vous pouvez commencer à suivre un régime.

Un régime ?

Le terme régime ne signifie pas toujours se priver d'un ou plusieurs types d'aliments mais surtout les réduire. Dans votre cas, vous devriez réduire les aliments riches en matières grasses comme la mayonnaise, les chips, les hamburgers, les sandwiches, les aliments dans les restaurants,etc. Vous pouvez en manger mais en très faible quantité.

Faites aussi du sport !

Pour que votre objectif ventre plat soit atteint en quelques semaines, prenez contact avec un coach de gym qui vous conseillera de pratiquer des exercices physiques quotidiennes (marche à pied) et un sport (natation, ou tennis, ou basket … etc.) pendant au moins une fois par semaine. Le but étant de bruler les graisses contenues dans votre ventre.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu